mardi 20 mai 2008

N°72 -Sua Munnezza, roi de Naples : s’il fait un miracle, il sera canonisé vivant !


La banderole, longue de 70 mètres, proclame en gros : « Berlusconi, saint tout de suite » et en plus petits caractères « s’il élimine les ordures et la criminalité » et « Le peuple napolitain a voté pour toi et attend que tu tiennes tes promesses ». C’est Alfredo Giacometti, de l’association « Nous autres consommateurs » qui a suspendu cette banderole pour accueillir Silvio Berlusconi et son gouvernement mercredi 21 mai à Naples, où a lieu le conseil des ministres décentralisé promis par Sua Emittenza lors de sa campagne électorale. De quoi valoir au Cavaliere un nouveau surnom : « Sua Munnezza » (Son Ordure, en dialecte napolitain).
Mais à part ça, l’accueil de la population est plutôt frais : neuf manifestations étaient prévues dans la journée, de chômeurs, d’immigrés, d’ouvriers des services sociaux etc.

Berlusconi peut-il résoudre le problème des ordures de Naples et de la Campanie ? On se demande bien comment. La solution consistant à exporter les ordures vers Hambourg – un premier train de 700 tonnes vient d’y partir – ne peut évidemment être que provisoire.
Bien sûr, à la veille de ce Conseil des ministres ultra-médiatisé, on a nettoyé le centre-ville, d’où ont été enlevés les tas d’ordures les plus voyants sur le parcours emprunté par le convoi gouvernemental depuis l’aéroport. Mais il reste 3000 tonnes d’ordures dans les rues de Naples et quelques millions de tonnes dans la province, où l’on compte 13 5000 décharges, dont 13 000 sont illégales.
Bref, Naples n’attend plus qu’un miracle et est prête à remplacer San Gennaro par …San Berlusca.


Bonne semaine, quand même !
Que la Force de l’esprit soit avec vous !
...et à mardi prochain !
Enregistrer un commentaire