mardi 21 octobre 2008

N°85 - Pas de parachute ni de prison pour les écureuils


3 dirigeants de la Caisse d’Épargne L’Écureuil, Charles Milhaud, président, Nicolas Mérindol, directeur général et Julien Carmona, en charge des finances et des risques, ont démissionné dimanche 19 Octobre de leurs postes. Môssieu Milhaud a précisé, en annonçant sa démission, qu’il ne demanderait aucune indemnité. Nous voilà soulagés.

"Je suis particulièrement frustrée et découragée de la survenance de cet événement", a dit Christine Lagarde, ministre française de l’Économie (qui est plus à l’aise pour s’exprimer en anglais qu’en français), à la sortie du premier conseil d'administration de la société de refinancement des banques, mise en place par le gouvernement pour les aider à emprunter.
Pourquoi donc les 3 écureuils en chef ont-ils démissionné ? Oh, pour une broutille : il ont joué des noisettes au célèbre casino appelée LA BOURSE et ils les ont perdues. Ce sont les risques du métier d’écureuil.

Les noisettes se montaient tout de même à 640 millions d’Euro et ne leur appartenaient pas puisqu’elles leur avaient été confiées par leurs clients.

Charles, Nicolas et Julien ont de la chance de vivre dans une démocratie libérale.

S’ils vivaient dans un petit pays nommé El Salvador, ils auraient du souci à se faire : le candidat le mieux placé à l’élection présidentielle du 15 mars prochain, Mauricio Funes, vient de déclarer : « Nous mettrons en prison tous ceux qui auront volé l’argent du peuple ».

Quelle horreur ! Mais bon, Mauricio Funes est le candidat du Front Farabundo Marti de Libération Nationale, un horrible mouvement communiste, qui n’a aucun respect pour les droits des écureuils. Mais en France, les écureuils sont une espèce protégée, et on reconnaît que le vol de noisettes fait partie de leur identité.

Ayman El Kayman, délégué du FLN (Front de Libéralisation des Noisettes)

Bonne semaine, quand même !
Que la Force de l’esprit soit avec vous !
...et à mardi prochain !
Enregistrer un commentaire