mardi 6 janvier 2009

N°96 - Le Grand Pédalage et le GTSVH à Gaza

« Israël est une grande nation, une grande démocratie, et le monde ne comprendrait pas qu’Israël laisse la situation humanitaire à Gaza telle qu’elle est aujourd’hui » : Nicolas le petit vient d’apporter au vocabulaire politico-diplomatique un nouveau terme, dont on peut se demander ce qu’il recouvre exactement : « cessez-le-feu humanitaire ». « Chacun connaît mes liens d’amitié avec Israël. Or, l’idée que je me fais de l’amitié c’est de parler franchement. »

À parler franchement, je n’ai rien compris à ce que racontait Sarkozy lundi, lors de la première étape de sa tournée des popotes moyen-orientales. Il propose quoi, exactement ? Qu’Israël arrête de massacrer à Gaza ? Que le Hamas cesse d’envoyer ses roquettes artisanales à peu près aussi inoffensives que des pétards de feu d’artifice sur Sderot et Ashkelon ? Ou qu’il procède à un hara-kiri collectif ? Que la date des prochaines élections dans les territoires palestiniens occupés-libérés soit fixée et que le Hamas soit interdit d’y participer ?
Un nouveau concept est en train d’émerger : je propose de l’appeler, faute de mieux, « le génocide télévisé sélectif à visage humain » (GTSVH).
Sarko, ses collègues européens, leurs collègues présents et futurs à Washington, sont d’accord avec les chefs d’Israël, présents (Livni-Barak-Pérès) et à venir (Netanyahu-Jabotinsky-Feigin) –ceux qui gagneront les élections anticipées du 10 février à la Knesset, lesquelles verront disparaître presque entièrement le parti Avoda (la « gauche », les « travaillistes », membres de l’Internationale socialiste, dont j'ai proposé il y a longtemps qu'elle remplace la rose qu'elle tient dans son poing par un...missile) -, ils sont d’accord sur l’essentiel : il faut éliminer le Hamas.
Ils ont simplement quelques divergences sur la manière de procéder : Livni, Barak, Olmert, Netanyahu et le reste de la bande des GSDMO (Grands et Seuls Démocrates du Moyen-Orient) sont sur la ligne : « Tuons-les tous ». Et par tous, ils entendent : les « chefs du Hamas », les combattants du Hamas, les électeurs du Hamas, leurs femmes, leurs papas et mamans, leurs enfants.
Sarko et les autres GDO (Grands Démocrates Occidentaux) seraient pour une élimination sélective et humanitaire. Kouchner devrait pouvoir apporter son savoir-faire.
Ils semblent imaginer qu’Israël, tout en tuant des cibles choisies, pourrait livrer de la farine, de l’huile, du riz et des pâtes aux civils innocents de Gaza (pas de l'essence, bien sûr, puisque ça peut servir à faire des cocktails molotov, ni des bonbonnes de gaz, qui peuvent être transformées en bombes, c'est bien connu).
Sauf qu’il y a un détail qui cloche : ces mêmes civils innocents sont ceux qui ont voté pour le Hamas aux élections législatives de 2006 et sont donc victimes des punitions collectives d’essence fasciste assénées par les Forces dites de « Défense » d’Israël, avec la bénédiction unanime du GO (le Grand Ouest).
Et ces mêmes civils soutiennent le Hamas de manière franche et massive, non seulement à Gaza mais aussi en Cisjordanie. Si jamais Israël arrivait à « éliminer le Hamas » (pour cela, il faudrait qu’ils tuent au bas mot 30 000 personnes, ils sont loin du compte, aà ce jour ils n’ont tué « que » 550 personnes, dont bien peu de combattants du Hamas), il le remplacerait par quoi ? Par le sinistre Mohamed Dahlan et sa bande de mafieux ? Par d’autres chefs de clans de la mafia politico-affairiste de Ramallah ? Même un enfant gazaoui de 4 ans crache par terre quand il entend le seul nom de Dahlan et prépare immédiatement son lance-pierres.
Bref, la diplomatie sarkozyenne pédale dans la semoule.
À titre de consolation : elle n’est pas la seule. La diplomatie onusienne n’est guère plus brillante. Et la énième résolution du Conseil de sécurité qui est en train d ‘être concoctée ne sera jamais que la énième qu’Israël ne respectera pas, si modérée sera-t-elle.


Bonne semaine, quand même !
Que la Force de l’esprit soit avec vous !
...et à mardi prochain !
Enregistrer un commentaire