mardi 31 mars 2009

N° 104 - Cabinet Noir

Le nouveau cabinet formé par Bibi Netanyahou pour gouverner l’UDMO (Unique Démocratie du Moyen-Orient) n’est ni bleu horizon ni blanc comme neige ni rose bonbon, il est NOIR. Noir, c’est Noir, il n’y a plus d’espoir, comme dit la chanson.

C’est d’abord un GROS cabinet : 30 ministres et 6 vice-ministres, soit un quart des députés élus à la Knesset.

C’est ensuite un cabinet ARC-EN-CIEL : y voisinent le Likoud, le Shas, Israel Beitenou et ceux qu’on s’acharne à appeler les « travaillistes » et qu’il faudrait plutôt appeler les « judéo-travaillistes », car en fait de Parti du Travail, la section israélienne de l’Internationale socialiste n’a jamais été rien d’autre que le Parti du Travail…Juif et n’a jamais chanté « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous », mais « Prolétaires et bourgeois juifs de tous les pays, expatriez-vous » (…en Palestine). Et le fleuron de ce petit monstre, son leader suprême n’est autre que le général Ehud Barak, qui est reconduit dans sa fonction de ministre de la « Défense », où il pourra tranquillement préparer la prochaine guerre. Tranquillement ? Oui, sauf si la Cour pénale internationale, par miracle, décidait de l’inculper pour les crimes de guerre ordonnés à Gaza il y a 3 mois.

Mais ce n’est pas la présence de Barak qui choque le monde bien-pensant et les médias dominants. Non, c’est la présence d’Avigdor Lieberman « le fasciste », l’ancien videur de boîte moldave, l’homme qui ne sait pas faire un noeud de cravate, l’homme qui voudrait noyer les Palestiniens dans le Lac de Tibériade, l’homme qui…et qui….
Mais que je sache, Liberman s’est jusqu’ici contenté de dire des horreurs et pas d’en commettre, comme par exemple Barak.

« Être de droite et dire des horreurs : pire qu’être de gauche et faire des horreurs »

(Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues, Nouvelle édition revue et corrigée par Ayman El Kayman, UDMOlogue)

Bonne semaine, quand même !
Que la Force de l’esprit soit avec vous !
...et à mardi prochain !


Ehud Barak, vu par Kerry Waghorn

Enregistrer un commentaire